Une formation à Biblio Remix à l’ENSSIB

En ce beau mois de juin 2015, nous étions invités à l’ENSSIB pour présenter Biblio Remix dans le cadre d’un stage sur l’innovation en bibliothèque. Ce sont donc vos serviteurs, Léa de Rennes et Rémi de Paris, qui ont passé un jour et demi avec une quinzaine de stagiaires en formation continue pour explorer et analyser la méthode.

Vous nous connaissez, on n’a pas fait un cours magistral sur les avantages et inconvénients de Biblio Remix. On a préféré immerger totalement les stagiaires dans la méthodes en organisant, rien que pour eux, un Biblio Remix pendant la première journée de formation !

IMG_20150602_114757

Comme d’habitude, en une journée, avec des participants motivés, beaucoup de post-its et de bonbons, nous sommes arrivés à une foule d’idées pour la bibliothèque de demain. Reprenant la recette du premier Biblio Remix, nous avons enchaîné brainstorming et travail en groupe autour de trois projets.

Voici un rapide résumé des projets réalisés :

Le « Kif », le qui fait quoi ?

Objectif : Créer du lien social en mutualisant les échanges de savoirs afin de faire monter les gens en compétences. La bibliothèque étant le facilitateur de ces rencontres.

La bibliothèque crée les conditions des rencontres dans la cadre d’un speedating des « compétences et savoir-faire » : journée évènementielle  où les usagers proposent leur compétences ou bien savoir- faire (utilisation des badges).

A l’issue de la journée une carte heuristique est mise en ligne et les usagers peuvent depuis chez eux prendre contact avec la personne ressource. La  médiathèque reste lieu d’accueil pour les rencontres.

IMG_20150602_155526

Après une année de mise en œuvre ou « kif » généralisé , le comité de suivi réalise un bilan  à partir des données statistiques en ligne et des données du taux d’occupation des salles.

Une journée festive est organisée avec un événement du genre Bal  et nouvel échange de compétences.

Des T-shirts et des badges pour briser la glace

L’idée : le personnel de la BU porte des T-shirts et des badges en fonction de leurs spécificités, leurs compétences, leurs centres d’intérêts perso, leur disponibilité, leur humeur du jour… A leur tour, les usagers peuvent fabriquer des badges et engager la discussion d’une autre façon avec les bibliothécaires.

IMG_20150602_164658

Pourquoi ?

  • Parce que les bibliothécaires ne sont pas ou peu sollicités ou que les usagers ont peur de déranger. Donc marquer le confort de l’usager par l’apparence physique du personnel.
  • Renouveler la relation à l’usager avec un style ou un certain humour.
  • Changer la représentation du bibliothécaire auprès de l’usager.
  • Importance du code vestimentaire pour les jeunes. Fige les représentations.
  • Créer un espace de dialogue : bénéfice réciproque à la mise en place d’une communication entre l’usager et le bibliothécaire. Permet de capter un public supplémentaire.
  • S’intégrer dans la « communauté » de l’usager, sortir de la fonction « bibliothécaire » et se rapprocher du public.
  • Par rapport  à la hiérarchie, ressouder l’équipe, mieux connaître et reconnaître les compétences du personnel. Aide à une cartographique des connaissances et compétences des agents.
  • Aussi pour s’amuser un peu : cohésion d’équipe…
  • Individualiser les bibliothécaires, faire connaître l’équipe aux usagers, personnifier les personnels.
  • Créer le contact avec l’usager en l’intriguant, en l’incitant à venir discuter, y compris sur des aspects non-professionnels.

Mettre plutôt de l’iconographie sur les tee-shirts ou les badges, et créer une harmonie entre cette iconographie et la signalétique de la bibliothèque.

Intérêt pour la nouveauté : renouveler régulièrement l’action. Possibilité d’avoir un tee-shirt avec les informations sur les compétences de l’agent et des badges pour les humeurs/passions du moment. Solliciter la curiosité de l’usager. Badge comme variable d’ajustement, permet de piquer la curiosité du public de façon régulière et imprévue.

Mettre des badges à disposition des usagers pour qu’ils les portent. Leur laisser la possibilité de s’exprimer et de suggérer des idées en réponse/en lien avec les tee-shirt/badges. Par exemple « I love tricot ». Possibilité de faire du troc de compétences via les badges, en promouvant les compétences des usagers auprès des autres usagers.

L’atmosphère, la bibliothèque conçue autour des ambiances sonores

Un projet d’établissement tourné vers le son sous toutes ses formes. Une orientation qui se décline dans des espaces aux ambiances sonores spécifiques et à travers une offre de services variée.

Compétences :

  • une prestation de service d’un designer sonore qui crée une charte sonore et inclut une mission de formation du personnel
  • un acousticien qui travaille avec l’architecte et prise en compte des handicaps : compétences techniques et mobilier (fournisseurs)
  • prévoir des artistes en résidence ?
  • Création d’un logo sonore qui identifie la bibliothèque, en ligne et sur place pour introduire les informations diffusées.

IMG_20150602_170900

Espaces différenciés :

  • zone de silence
  • zone de transit (zones de prêt/retour, espaces bruyants)
  • entrée, sas sonore, zone de transition extérieur/intérieur
  • piano à disposition des usagers dans un espace détente convivial, proximité de la machine à café
  • ambiance sonore extérieure (sur la rue) => prévoir l’équipement
  • Annonces informatives
  • Ambiance sonore des espaces internes : openspace, équipement
  • Salles de répétition pour les musiciens
  • Parcours sonore pour les malvoyants

Offre de service

  • Comédie musicale d’inauguration
  • Journée « dites-le en chantant »
  • Jeux vidéos musicaux
  • accompagnement événementiel : la bibliothèque pourra être porteuse et accompagner des événements.
  • Proposer des ambiances sonores personnalisées avec mise à disposition de casques et playlist musicales
  • Audioguide de la bibliothèque
  • Émissions de radio faites dans la bibliothèque avec moments de retransmission

IMG_20150602_163857

Le lendemain, nous avons passé du temps avec les participants pour répondre à leurs questions, expliquer plus en détail la méthode utilisée, les points importants pour l’organisation d’un Biblio Remix, ce qu’apporte la méthode en terme de projets ou de management, ou encore les arguments pour organiser un Biblio Remix dans son établissement.

Bref, une nouvelle rencontre avec des participants pleins de bienveillance et beaucoup de chouettes échanges !

Si vous souhaitez en savoir plus sur Biblio Remix ou organiser une formation ou une intervention, n’hésitez pas à nous contacter 🙂

IMG_20150602_152843

Publicités

Retour d’expérience sur la mise en place d’un BiblioRemix à Paris

love

A Paris, pour le réseau des bibliothèques parisiennes, avril 2015

Reprendre le flambeau des Biblioremixeurs “canal historique”, nous inspirer de leurs méthodes et exporter la démarche pour faire vivre cette belle expérience au grand réseau des bibliothèques parisiennes était notre défi à nous, petits Biblioremixeurs de Paris.

L’idée était d’organiser un moment d’échanges et de réflexion sur le sens de notre métier entre collègues bibliothécaires qui, du fait de la taille du réseau, ont peu l’occasion de se rencontrer. Et l’autre objectif de ce Biblioremix parisien était de faire marcher l’intelligence collective en travaillant ensemble à des projets innovants et d’expérimenter des méthodes de travail créatives .

Une démarche inspirante, un projet enthousiasmant, oui, mais maintenant, comment on s’y prend ?

Step 1 : apprendre à ramper avant de marcher

D’abord, il a fallu gratter de la fiche-projet (6 versions à déclarer à ce jour), nous vêtir de nos habits de lumière et préparer nos arguments les plus percutants pour convaincre élus et hiérarchie de la cohérence de ce type de projet aujourd’hui et … ça a marché car nous avons obtenu sans difficultés leur validation et leur soutien.

Un appel a ensuite été lancé dans le réseau des bibliothèques pour recruter le “gang des organisateurs de BiblioRemix”. Résultat de cette campagne : un escadron de 18 co-organisateurs dopés à l’envie de tester des choses nouvelles, à l’énergie de la blague pourrie et au sucre sous toutes ses formes.

Dès le 4 décembre 2014, le “gang” se réunit, goûte dès sa première rencontre aux douces fragrances des post-its et des marqueurs à tableaux, et expérimente en interne des méthodes de travail créatives.

post it 1

Interlude : pendant ce temps-là, dans les groupes de travail (à J-136, zéro contrainte)…

La Comm’

“Et si on faisait des trailers vidéo en motion-capture pour présenter le truc?”

“Ou alors on ferait une fresque de 6 mètres de long avec des graffeurs?”

“Et puis aussi, des jingles, un compte twitter, un blog..?”

“La web-série produite par Arte, c’est carrément gérable”

“On la programme à quel moment la fanfare mexicaine?

La Logistique

“C’est clair que des plateaux-repas de traiteur, du champagne, une imprimante 3D, un bal trad’ et des talkies-walkies c’est le strict minimum..”

“Pas oublier la dose de post-its, de marqueurs, une machine à badges, du wifi et des milliards de Legos!”

“Quelqu’un a des nouvelles pour le budget “collation”?”

“Pour la clôture, une fanfare mexicaine!”

 Et maintenant, voilà ce qu’il reste à faire : de la communication, de la logistique, de l’organisation … les délais sont courts et il nous faut être le plus efficace possible (et surtout on voudrait pas passer pour des pleu-pleus) ; les tâches sont donc réparties par petits groupes, des outils collaboratifs sont créés (Google Drive et Trello).

Step 2 : c’est en remixant que l’on devient un super mixeur (multi-fonctions) …

Autre étape, nécessaire pour nous tous : vivre “pour de vrai” un BiblioRemix. Grâce à la disponibilité, au sens du partage et à la coolitude bretonne de nos collègues initiateurs de la démarche, Léa, Benoît et Eric de Rennes, le gang a fait son BiblioRemix le 9 janvier 2015. BiblioRemix un peu spécial car les étapes ont été analysées et expliquées en temps réel par nos parrains : en somme, un biblioremix sur un biblioremix … tellement “méta” !

Belle expérience et excellent moment pour souder le groupe des organisateurs, ce BiblioRemix nous a permis de rendre ce projet plus tangible et plus concret .

La chose étant désormais plus ou moins claire dans l’esprit du gang, la date des deux journées du BiblioRemix arrêtée, le moment était venu de recruter les participants.

Après une présentation “claquettes-fumigènes-human beat box” (bon ok, un powerpoint qui tourne tout seul…) en séminaire de chefs d’établissement, une invitation a été lancée à chacun d’accueillir dans leurs établissements des binômes d’organisateurs pour expliquer le BiblioRemix aux équipes.

Par le biais d’une tournée d’une vingtaine de dates (c’était bien cool d’être 18) et via un formulaire d’inscription en ligne, nous avons reçu un peu plus d’une cinquantaine de candidatures, ce qui est très bien tombé car notre jauge était à 55 participants maximum, et nous a ainsi évité les atroces douleurs morales du plan de licenciement.

Interlude : pendant ce temps-là, dans les groupes de travail…(J-58 : travail bien avancé, contraintes ressenties)

La comm’

“En fait pour le jingle, on a qu’à s’enregistrer maintenant et on dirait des mots en “-ix”?”

“Pour la comm’ à laisser dans les bibs, on pourrait faire des flyers?”

“Et si on essayait de tourner tout de suite nos trailers video?”

La logistique

“Quelqu’un a des nouvelles pour le budget “collation”?”

“Comment on fait pour acheter notre matériel de prototypage (= 2 boîtes de legos) ? ”

Step 3 : Les ennuis commencent

Nos deux dernières réunions ont été consacrées à l’élaboration de la feuille de route détaillée des deux journées, de la répartition des rôles de chacun et à l’invention de moult éléments disruptifs pour mettre la créativité de nos participants sur le qui-vive.

https://docs.google.com/document/d/1eBHUfgHFE1_wmTvGaZzbdYIWK7If_UYN1v2cOguRCuw/edit?usp=sharing

Interlude : pendant ce temps-là, dans les groupes de travail…(J-12 : sur la brèche, contraintes assumées)

La comm’

“On est bons sur tout : Twitter, Tumblr, Flickr, Youtube, SoundCloud, WordPress : OK!”

La logistique

“C’est bon on a tout le matos pour les enveloppes des participants, y a plus qu’à les remplir!”

“C’est bon pour les legos, ils arrivent la semaine prochaine, youpi!”

“Quelqu’un a des nouvelles pour le budget “collation”?” “Faut prévoir de tartiner des rillettes?”

Et puis, le jour J, quand on s’est levés aux aurores après avoir potassé la feuille de route, quand on a poussé les meubles dans les coins et transporté des tables et des chaises, quand on a installé le buffet, quand on s’est bien répartis les tâches une nouvelle fois, quand on a testé les post-its, la sono, les tablettes, les doudous et les cloches, quand on s’est auto-motivés, quand à 9h15, certains ont déjà bu trop de cafés … les premiers biblioremixeurs débarquent et … c’est parti !

17047570497_a60fb6153d_k

Au final, on a eu des nouvelles pour le budget “collation” ! Même qu’on a eu beaucoup plus que prévu, garantissant ainsi une hydratation et un taux de glycémie optimum à tous nos biblioremixeurs !